:: Centre-ville :: Quartiers résidenciels :: Appartements Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Terminé] Can you hear my voice ? [FT. Joy McCullen]

avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Juil - 21:35

Can you hear my voice ? - FT. Joy McCullen

Life is not a fairytale and there are no happy endings

Un énième soupir franchit la barrière de ses lèvres au moment où il reçut le texto envoyé par Joy et au moment où il y répondit. Il avait espéré pendant plusieurs minutes que la jeune femme ne se trouvait pas réellement sur le palier de sa porte et qu'elle avait simplement lui montrer qu'elle pouvait le faire. Malheureusement pour lui, il s'était avéré qu'elle était bel et bien campée derrière la porte et qu'elle attendait apparemment de pied ferme qu'il lui ouvre. Oh il ne comptait aucunement lui faire le plaisir de bouger de là où il se trouvait, d'autant que la porte n'était pas verrouillée et qu'il n'était donc pas difficile d'entrer par ses propres moyens. L'appartement dans lequel vivait le jeune homme se situait dans un immeuble possédant peu de locataire, au vu de la taille des logements, mais aussi dans un espace sécurisé dans lequel on ne pouvait pénétrer sans un digicode. Et Caleb soupçonnait d'ailleurs Jordan d'avoir donné ce code à la brunette pour qu'elle puisse parvenir jusqu'ici. Il devrait d'ailleurs noter à remettre son meilleur ami à sa place pour avoir oser se mêler de ses histoires privées.

Enfin, là n'était pas la question. Joy allait entrer chez lui et ils ne s'étaient pas parlés depuis leur fameuse entrevue dans la maison soi-disant hantée. Où il lui avait présenté les raisons de son départ, de son absence aussi. Il n'était pas particulièrement fier mais pas particulièrement honteux non plus pour le coup, il avait dit ce qu'il y avait à dire et n'avait rien à ajouter. D'où son questionnement : pour quelle sombre raison Joy McCullen avait-elle décidé de venir frapper à sa porte sans prévenir ? Il soupira encore, songeant qu'il ferait mieux de perdre cette fichue manie et jeta un œil à son appartement, jaugeant d'une certaine manière si celui-ci était présentable ou non.

La porte d'entrée donnait sur un couloir large mais long d'à peine un mètre qui donnait ensuite sur le grand séjour à cuisine américaine. Cette pièce était d'ailleurs ouverte par une immense baie vitrée donnant sur toute la ville une vue des plus fabuleuse. A gauche, une fois que l'on entrait dans le séjour, se trouvait une porte donnant sur un nouveau couloir desservant deux chambres, dont l'une avec une salle d'eau, et une salle de bain. A droite se trouvait un couloir ouvert donnant sur une autre chambre avec salle d'eau, un bureau également et une salle presque vide que Caleb considérait comme sa salle de danse. Quoi qu'il en fut, l'état des lieux était très présentable : tout était propre, à sa place et il était presque étonnant de voir qu'un homme vivant seul pouvait avoir un aussi grand sens de l'organisation et de la propreté. Même s'il lui arrivait bien d'être bordélique, notamment dans ses tiroirs ou placards qui même s'ils fermaient étaient rangés à la mode Caleb.

Debout près de la baie vitrée pouvant s'ouvrir sur une terrasse, le jeune homme songea que peut-être Joy n'entrerait pas et repartirait comme elle était venue. Mais il doutait qu'elle lui fasse ce plaisir et ce fut lorsqu'il entendit la poignée se baisser qu'il sourit doucement, sachant que ce petit moment de tête-à-tête risquait d'être fort intéressant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 30/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Juil - 5:28
Il lui avait fallu quelques jours pour se remettre des révélations faites par Caleb lors de leur dernière rencontre. Joy avait difficilement assimilé le fait que la mort du père de son ami d’enfance avait créé toute la merde qui avait entaché ses dix dernières années. La jeune femme n’aurait jamais cru qu’il ne l’avait pas quittée alors qu’ils étaient encore enfants par dédain ou désintérêt, elle n’avait pas prévu entendre qu’il était parti parce qu’il était incapable monétairement parlant de rentrer chez elle. Et encore moins qu’il allait s’enfuir après lui avoir tout révélé, comme s’il avait honte de tout ça alors que ça ne faisait que redonner un souffle à leur amitié d’autrefois.
Certes, Joy lui en voulait d’avoir envoyé des lettres à ses parents en précisant qu’ils ne devaient pas mentionner l’existence de la correspondance à la demoiselle, mais elle préférerait reprendre son amitié avec le brun plutôt que de lui en tenir rancœur éternellement, surtout en connaissant désormais la raison de son départ précipité.

Ainsi, après s’être remise de son choc premier, elle s’est adressée à Caleb par sms en pensant simplement l’inviter à prendre un verre, mais après la réponse peu encline du jeune homme, elle a demandé à Jordan l’adresse et le code d’entrée de l’appartement de son collègue pour lui faire une surprise, ce qu’il lui a donné avec amusement sûrement car il savait le plaisir que procurerait une visite surprise de la brunette chez son ancien ami à ce dernier. Oui, le sarcasme était un outil hors pair pour la jeune femme. Elle s’est donc rendue chez Caleb avec quelques bouteilles d’alcool, se disant que si le jeune homme refusait de se rendre au verre que le verre se rendra à lui. Il ne lui fallait d’ailleurs pas plus qu’une confirmation du serveur que la porte n’était pas fermée à clé pour qu’elle se tape l’incruste dans la demeure du brun, un sourire ancré sur ses lèvres.

« Salut toi ! T’as 30 secondes pour te mettre un sourire sincère sur le visage et sortir deux verres pour qu’on puisse se faire des shots et fêter ton retour en ville qu’on n’a jamais souligné avant maintenant. »

La jeune femme a même le culot de lui faire un câlin rapide avant de se reculer et de chercher du regard un espace où déposer ses dites bouteilles. Voyant une petite table non loin, elle décide de se l’approprier pour l’alcool et attend que son interlocuteur réagisse enfin à son apparition. Non, elle ne tenait pas à lui en vouloir éternellement, et oui Joy a décidé d’agir comme s’ils ne s’étaient jamais quittés, laissant la rancune de côté et ne cherchant pas à obtenir plus d’informations ou de le prendre en pitié. Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver celui qui lui avait tant manqué après 10 longues années, normal non?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Aoû - 21:48

Can you hear my voice ? - FT. Joy McCullen

Life is not a fairytale and there are no happy endings

Caleb avait pour habitude de recevoir des femmes chez lui, des femmes non pas de bas goût telles des prostituées mais simplement des femmes qu'il avait rencontré dans un bar, une ruelle ou simplement dans un magasin. Mariées, célibataires, timides ou sulfureuses; il ne s'intéressait pas vraiment à qui elles étaient mais uniquement à ce qu'elles pourraient lui apporter. Il s'agissait en soit bien plus de conquêtes sexuelles que d'autre chose et certaines étaient devenues des partenaires plus ou moins régulières du beau brun. Elles ne déjeunaient jamais chez lui, elles ne dormaient pratiquement jamais non plus et il se souvenait à peine de leur nom ou même de leur caractère. Et surtout, aucune de ces femmes n'avaient été autorisé à entrer de leur plein gré ou à se présenter devant sa porte, encore moins à débarquer sans prévenir ou même à le contacter si lui-même n'engageait pas la conversation.

Aussi ne put-il s'empêcher de trouver amusant que Joy soit justement la seule femme à pénétrer dans cet appartement non seulement sans objectif sexuel mais en plus en y étant invitée, d'une certaine façon. Il se tourna lorsqu'elle entra dans la pièce, se demandant ce qu'elle penserait de son appartement qui, clairement, lui plaisait beaucoup à lui. Il aimait la sobriété tout en faisant en sorte de rendre son intérieur moderne et chaleureux, assez ouvert aussi afin de profiter d'un maximum de lumière. Le luxe n'était pas une priorité en elle-même bien qu'il avait toujours apprécié pouvoir en profiter mais en revanche l'espace était une chose dont il ne pouvait se passer. Sans doute que vivre dans la rue ou en collocation lui avait donné envie de vivre dans son propre espace et de ne pas avoir cette désagréable impression d'étouffer par manque de place.

A la réplique de Joy, il sourit davantage. Ainsi elle avait même amené de l'alcool afin de fêter leur retrouvailles. Il ne savait pas si boire était une bonne idée pour la jeune femme, d'autant plus en sa compagnie, mais il mit de côté cette question sur le moment afin de plutôt se montrer bon hôte. Ainsi s'approcha-t-il de la jeune femme bien qu'il fut tout de même surpris du geste qu'elle lui porta. Vraiment, les câlins n'avaient jamais été son fort et pourtant, il fit l'effort de ne pas la repousser ou de ne pas s'écarter avant qu'elle ne l'atteigne. Puis il rit, l'observant un instant avant de lui faire signe de s'installer dans le confortable divan qui se tenait là.

" Je t'en prie assieds-toi. Je vois que tu es toujours aussi énergique, à vrai dire je ne pensais pas que tu oserais mettre les pieds ici et encore moins que tu irais carrément demander à Jordan. D'un autre côté tu as toujours été borné et il est le seul à avoir mon adresse et le code pour entrer ici. J'espère que c'est un bon alcool au moins. " Ajouta-t-il en se saisissant des bouteilles qu'il apporta à la cuisine.

Il sortit ainsi deux verres d'un placard et les remplit du fameux breuvage, prenant soin de servir une dose raisonnable à chacun avant de venir déposer les verres sur la table basse du salon, face au canapé donc. Il se saisit de son verre et but une lente gorgée de son contenu, reposant ensuite le récipient sur la table avant de tourner ses yeux hypnotiseurs vers ceux de sa camarade.

" Et donc ... Pour quelle sombre raison as-tu décidé de faire irruption chez moi, excepté nos touchantes retrouvailles à la maison hantée dont tu garderas un superbe souvenir j'en suis sur. " Il se moquait bien sûr, et son sourire innocent en disait long.

Un sourire qui avait fait tourner bien des têtes.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 30/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Aoû - 23:28
La jeune femme s’installe sur le divan en se disant qu’au final, son idée n’était pas trop mauvaise si elle avait réussi à afficher un véritable sourire sur le visage aux traits plus qu’appréciateurs de Caleb. Son amitié lui manquait et la brune commençait à se convaincre que les choses pouvaient sérieusement redevenir comme avant, quand tout était moins compliqué entre eux, quand ils étaient innocemment et sincèrement amis en ne se souciant pas du lendemain à deux. L’alcool pourrait peut-être même les aider à se désinhiber et à apprécier la compagnie de l’autre sans artifice. C’était peut-être un rêve, mais Joy y croyait dur comme fer.
La demoiselle passe une mèche derrière son oreille en suivant son hôte du regard, riant doucement à sa première réplique. Elle avait effectivement le don d’être têtue, et elle le reconnaissait amplement.

« J’avais envie de reprendre contact, et tu sais que Jordan ne me refuserait rien, surtout si ça a un lien avec toi. Et pour l’alcool, c’est de la qualité, je ne bois pas n’importe quoi. »

La barmaid passe doucement sa langue sur sa lèvre supérieure avant de porter le verre à sa bouche, laissant entrer le liquide naturellement, comme à son habitude. Ce dernier vient brûler son œsophage quelques secondes avant de finalement descendre plus bas, libérant ses effets dans le corps de la jeune femme. Elle soupire d’aise et pose son regard félin sur son collègue, songeant au fait qu’elle ne l’avait pas vu sourire comme il le faisait alors depuis longtemps. Ça lui réchauffait le cœur de pouvoir à nouveau fréquenter son ami d’enfance, mais elle savait que tout n’était pas fait encore, car il leur faudrait toujours rebâtir ce qu’ils avaient perdu avec les années, mais avec un peu de chance leur complicité les aiderait sur ce point.

« Et je ne peux pas être éternellement rancunière, Caleb, tu m’avais vraiment manqué… » qu’elle murmure.

Le regard de la demoiselle se fixe sur le visage du jeune homme, et il s’en faut de peu pour qu’elle se morde la lèvre avec tentation. Il était encore plus beau que dans ses souvenirs, et même si elle avait appris à ne plus se laisser influencer par ses anciens sentiments pour lui, Joy ne pouvait pas nier qu’il était terriblement séduisant à cet instant et que si ce n’était pas du fait de leurs querelles passées elle se serait volontiers pliée à un jeu peu catholique avec lui.
Elle prend une autre gorgée d’alcool pour engourdir ses sens et ferme les yeux un instant, se délectant de la sensation de fraîcheur qui l’habitait à ce moment. La belle brunette ne se laisserait pas mener une fois de plus par le serveur, et ce, peu importe la sphère de sa vie qui était touchée.

Ses yeux se détachent de Caleb pour se poser sur un mur, glissant ainsi de surface en surface pour observer les lieux. Tout, sauf passer trop de temps à l’observer, parce que la barmaid commençait à avoir un peu chaud, et ce n’était pas bon signe, surtout que ce n’était pas du tout son intention première en venant voir son ancien ami.

« Je ne pensais pas que ma venue t’importunerait à ce point par contre, je pensais au contraire que tu serais heureux que je fasse comme si tu n’étais jamais parti. »

Son sourcil s’hausse, provocateur, alors que son regard se pose à nouveau sur lui avec une lueur de défi. Il n’a pas vu celle qu’elle est devenue, il n’a pas idée à qui il se frotte en restant avec la jeune femme. Mais il le découvrirait bien assez vite, car le jeu demeurait partie intégrante de la douce brune.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Aoû - 19:31

Can you hear my voice ? - FT. Joy McCullen

Life is not a fairytale and there are no happy endings

Il rit.

Ainsi Jordan ne pouvait pas lui résister ? Il le pouvait, Caleb en était certain, mais sans doute le charme de la damoiselle avait-il eu raison des scrupules du patron de bar envers son vieil ami, et il avait privilégié la séduction à l'amitié. Ils ne se disputeraient pas pour cela, sans doute parce que l'un et l'autre s'entendaient trop bien pour ce genre de futilité, ou alors parce que dans le fond, chacun avait conscience que la venue de Joy était une bonne chose pour le beau brun qui se sentait presque plus apaisé avec lui-même depuis qu'il avait révélé la vérité à la délicieuse damoiselle. D'un autre côté, elle faisait remonter en lui des souvenirs douloureux qu'il aurait préféré enfermer à tout jamais dans la petite cage au fond de lui. Il se souvenait de trop de choses, de trop de choses qu'il repoussait sans cesse et tentait d'effacer de sa mémoire. Le passé n'existait plus à ses yeux et il aurait, d'une certaine façon, oublier les personnes qui en avait fait parti.

Le problème, aujourd'hui, c'était Joy. Elle était devenue bien différente avec le temps, il en avait conscience, et il avait surtout conscience d'instaurer avec elle un jeu bien plus dangereux que ceux auquel il avait prit part par le passé. Il suffisait de s'approcher un peu trop près du feu pour se brûler et ce n'était pas ce qu'il désirait, aussi préférait-il se tenir éloigner de son ancienne meilleure amie. Sauf que plus il tentait de la tenir à l'écart, plus elle revenait vers lui en dégageant ce petit quelque chose d'indéfinissable qui lui donnait indéniablement envie de reconstruire ce qui avait été brisé par son départ. Chose impossible à vrai dire puisque l'un et l'autre avaient vécu trop de choses qui les avaient changé et façonnés, de telle sorte qu'ils n'étaient plus les enfants qu'ils avaient été. Et Caleb ne savait que trop bien le danger que représentait ce nouveau début de relation que voulait instaurer Joy.

" Hum, c'est de bon goût en effet. Quant à la rancune ... Elle reste parfois tenace. " Lâcha-t-il lentement en haussant les épaules.

Il répondait par automatisme, absorbé par ses pensées. Concentré, il se mordilla la lèvre inférieure, un vieux tic qu'il avait pris à force que Jordan le contrarie ou que lui-même se contrarie tout seul à vrai dire. Joy avait grandi. Elle était devenue une femme séduisante, il suffisait de la regarder pour le dire. Et c'était tout le fond du problème : il avait du mal à la considérer comme une amie au vu du temps qui les avait tenu éloigné, et il la voyait au contraire comme une possible proie qu'il se devait de faire succomber. Or, si cela arrivait, il la laisserait tomber comme toute les autres. Ou il se laisserait aller à la tendresse, au sentiment destructeur de l'amour et finirait par être déçu et encore plus brisé qu'il ne le fut lorsqu'il s'était retrouvé à la rue. Tomber amoureux de Joy, avoir même la moindre relation plus qu'amicale avec Joy était hors de question donc. C'était son amie. Ni plus ni moins.

" Disons que ton retour a été un sérieux bouleversement et je ne sais toujours pas s'il s'agit d'une bonne ou d'une mauvaise chose. Et puis je m'attendais à ce que tu prennes le large puisque tu n'es plus tenue de bosser au même bar que moi. "

Dans le fond, il avait espéré qu'elle continue de travailler là, et comme elle n'avait pas encore démissionné, il était plutôt fier de lui. Même si elle avait toujours la possibilité de le faire au final.

" Au fait ça te dirait une sortie pour profiter plus amplement de nos 'retrouvailles' ? Un soir par exemple ... "

C'était une proposition parfaitement innocente. Ou pas.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 30/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Aoû - 5:17
Sur le coup, la jeune femme ne proteste pas à son allusion à la rancune tenace car elle avait gardé rancune un bon moment à Caleb son départ précipité des années auparavant. Toutefois, Joy pensait qu’avec les explications qu’elle avait reçues elle pouvait comprendre son geste et même lui pardonner malgré tout. Au fond, ce n’était pas parce qu’il ne l’appréciait pas qu’il était parti, mais bien parce qu’il y avait eu des contraintes extérieures qui les avaient forcés à prendre leur distance. La jolie demoiselle n’en fait donc pas davantage de cas et absorbe une nouvelle quantité d’alcool en écoutant son ancien ami d’enfance commenter son retour dans sa vie, retenant une pointe d’amusement.

Le fait est que Jordan n’avait pas cédé les informations nécessaires à la barmaid pour entrer chez son collègue par simple prétexte de séduction. Peut-être était-il intéressé par la brunette, peut-être ne l’était-il pas, mais une chose est sûre, c’est que la demoiselle a troqué l’obtention des informations contre son retour au bar en tant que barmaid pour dépanner Jordan. Celui-ci n’avait toujours pas trouvé quelqu’un pour la remplacer et elle lui devait bien ça après toute son aide. Alors elle avait accepté, autant pour se donner la chance d’avoir un boulot que pour pouvoir travailler avec son ancien meilleur ami à nouveau.

L’idée de le revoir danser la dérangeait quelque peu vu la nature de leur relation actuelle et de ses sentiments passés, sans compter que Caleb était devenu plus que séduisant avec le temps et que le voir se mouvoir aussi naturellement et aussi sensuellement lui donnait parfois envie de devenir une simple cliente et de profiter de la vue l’espace d’une soirée sans se soucier de ce qu’il se passerait si elle décidait de le lorgner sans gêne.

« Justement, laisse-moi t’apprendre en primeur que nous sommes de nouveau collègues dès demain. Jordan n’a pas que craqué pour moi, il m’a aussi réembauchée. »

La belle brune lui lance un clin d’œil taquin pour compléter sa remarque et baisse le regard un instant, le sourire largement étiré par la demande du serveur. Joy était plus que tentée de pouvoir profiter de la compagnie du jeune homme à nouveau et comptait accepter son offre, se baignant probablement d’illusions en espérant innocemment que Caleb voudrait récupérer leur relation d’avant.

« Ouais, j’aimerais bien, mais dépendamment du soir faudra peut-être prendre congé pour pouvoir passer la soirée ensemble. T’avais un truc en tête? »

Ses yeux noisette se posent à nouveau sur lui avec une pointe d’envie, son sourire en coin accentuant d’ailleurs ce dernier point et pas qu’un peu. La jeune femme préférerait ne pas s’aventurer sur une pente glissante avec son camarade mais ne peut pas cacher non plus ce qu’elle ressent au contact du séduisant brun. Joy n’avait jamais été douée pour cacher quoi que ce soit, et la présence de Caleb à ses côtés avait eu le don de faire son effet depuis son retour en ville.

« À moins que ce que tu proposes ait lieu après nos quarts de travail chez toi? Quoique ça peut être chez moi, mais t’en es quitte pour un interrogatoire de mes parents si c’est chez moi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 17 Aoû - 21:21

Can you hear my voice ? - FT. Joy McCullen

Life is not a fairytale and there are no happy endings

Un sourire dévoila les dents parfaitement blanches du jeune homme lorsqu'il apprit que Joy avait finalement décidé de continuer à travailler dans le bar où lui-même se produisait. Il était à la fois heureux de savoir qu'ils allaient devenir véritablement collègues mais il avait toutefois une légère réserve quant au fait que la damoiselle travaille aux même heures que lui. Enfin, il n'y pouvait rien de toute manière et il ne laisserait pas tomber son boulot pour un autre, et ce pour rien au monde. Danser était sans doute la chose qu'il savait faire le mieux et Jordan le payait bien assez pour qu'il n'ai aucune envie d'aller voir ailleurs si l'herbe était plus verte. Rien que songer à quitter ce bar qui l'avait accueilli lui donnait envie de rire tant l'idée elle-même était ridicule. Quoi qu'il en fut, il travaillerait désormais aux côtés de Joy, pour le meilleur et pour le pire.

" Je me demandais combien de temps il te faudrait avant de céder aux demandes incessantes de Jordan. Heureusement que tu as accepté, il aurait fini par te harceler sinon. Et tu peux me croire j'en sais quelque chose. Ce crétin est même venu camper devant chez moi deux nuits avant que je ne me décide à bosser pour lui. Il est déterminé. "

A ce souvenir il eut envie de rire. Au début, il avait accepté un job de serveur mais Jordan lui avait demandé de danser. Au début il avait refusé, mais avec l'insistance du patron de bar, il avait finalement cédé et, aujourd'hui, il ne regrettait pas son choix. Trouver un travail l'avait apaisé et Jordan était devenu son ami. Il avait en quelque sorte trouvé une nouvelle famille parmi l'équipe du bar et il s'y sentait comme chez lui, voire même mieux que chez lui. Vivre chez ses parents ne signifiait pas être "chez lui", et à présent c'était le cas avec Jordan, et dans son propre appartement. Un bel appartement, qu'il ne quitterait pour rien au monde. Même pour une femme, peu importe laquelle.

Reportant son attention sur Joy, il hocha pensivement la tête à sa réponse affirmative suite à sa proposition de sortie. Il ne savait pas encore très bien où il allait l'emmener, à vrai dire il se pouvait même qu'il finisse par changer d'avis au dernier moment sur un coup de tête ou en réalisant que se mettre à faire des sorties extra-boulot avec la jeune femme était risqué pour son bien-être personnel. Il l'observa quelques secondes, suivant du regard la cascade de ses cheveux bruns avant de parcourir son visage délicat, s'attardant sur ses pupilles dilatées par l'alcool, sur sa bouche rose souriant doucement, sur ses joues légèrement rougies. Evidemment, s'il avait été autrement ou s'il n'avait pas eu un passé commun avec elle, il aurait profité de la situation.

Sauf qu'il s'agissait de Joy.

" Je ne sais pas encore exactement à vrai dire. Peut-être une fête foraine ou alors au théâtre ? On pourrait faire du canoë aussi, je suis certain que tu apprécierais. Ou une simple soirée dans un bar lounge. "

Il proposait au fil des idées qui lui venaient en tête. Peu lui importait l'endroit en fait, tant qu'il restait bon ami et sans offrir une trop grande promiscuité entre lui et la jeune femme. La tension était fortement présente dans la pièce, et Caleb ne savait que trop bien qu'il ne fallait pas jouer avec le jeu. Pas ce soir du moins, et pas comme ça. Joy était heureuse de le retrouver et sans doute se laissait-elle happer par les bons souvenirs du passé qui refaisaient surface. Raison pour laquelle elle était si accessible à cet instant. Il doutait même qu'elle ne résiste vraiment s'il se laissait à poser ses lèvres sur les siennes et à pousser la choses jusque dans ses derniers retranchements. Mais ce n'était pas ce qu'il souhaitait.

Depuis toujours, il y avait quelque chose de différent avec Joy. Il ne l'utilisait pas, il était même trop sincère avec elle auparavant. Et puis il boudait, enfant, quand il n'avait pas son entière attention ou qu'elle se mettait à jouer avec d'autres. Il se souvenait avoir frapper un autre garçon une fois, parce qu'il avait dit que Joy était son "amoureuse". Et comment réagirait-il face à cela aujourd'hui ? Il aurait aimé pouvoir répondre sans hésitation que cela ne lui importerait pas, mais ce n'était pas le cas.

" Je pense que tu devrais rentrer chez toi. J'ai quelque chose à faire, un rendez-vous important que je n'aimerais pas louper. On se rappellera de toute façon et puis on se verra au bar. "

Il parlait avec naturel, d'un air détaché. Mais il se sentait mal, comme prit de nausée soudainement. Le retour de Joy dans sa vie n'avait rien d'anodin, et toutes les questions qui se bousculaient dans sa tête concernant la nature des rapports qu'il avait avec la jeune femme le perturbait au plus haut point. De l'air, il lui fallait de l'air et surtout être très loin de Joy et de ses yeux si pétillants et vifs. Rester loin des tentations, loin de l'amour, loin des sentiments. Après tout, cela ne leur changerait pas trop de faire ainsi. Ainsi Caleb se leva, posa son verre et alla ouvrir la porte, invitant clairement son invitée à quitter les lieux.

" Si tu ne te sens pas je peux t'appeler un taxi pour te ramener. "

Parce qu'il ne voulait pas qu'il lui arrive quoi que ce soit. Même en souhaitant se tenir loin de la jeune femme, il continuait de veiller sur elle. Tellement paradoxale.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 30/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 1 Sep - 3:45
La jeune femme roule des yeux en l’entendant affirmer que ce n’était qu’une question de temps avant qu’elle n’accepte de se plier aux demandes de Jordan. Il avait effectivement été très insistant, mais elle était trop têtue pour se permettre d’accepter de retourner bosser au bar sans être réellement contrainte, voyant son retour précipité comme une défaite, un aveu du fait qu’elle avait tort. Ainsi, Joy a dû attendre d’avoir besoin de quelque chose de Jordan pour finalement accepter de lui rendre service, voyant là l’occasion de revenir là où elle le souhaitait pour accommoder le patron tout en maintenant sa dignité et en obtenant un service en contrepartie.
Ce qui était toujours utile, en vrai.

Joy hoche la tête, pensive, en étudiant les différents choix d’activités proposées par Caleb. Elles semblaient toutes intéressantes, et elle devait bien avouer qu’il lui serait difficile de les départager. Toutefois, la demoiselle se disait qu’il arriverait un moment où ils seraient tous deux en meilleures conditions pour décider de ce qu’il leur ferait plaisir à tous les deux, et ce moment serait sûrement le soir-même de la dite sortie.

« Hmmm on verra bien, mais ce sont tous des choix intéressants, j’aime bien. »

Quand il l’invite à quitter les lieux, toutefois, le jeune homme surprend la brune. Cette dernière commençait à se dire qu’elle avait fait quelque chose qui ne lui avait pas plu pour qu’il change brusquement d’attitude. Cependant, elle ne s’opposera pas à son ami d’enfance et se lève, le sourire toujours sur les lèvres, et se dirige sans soucis vers la porte.

« Pas de problème, profites bien. Et ne t’inquiète pas pour moi, je me trouverai quelqu’un pour me ramener sinon. »

La barmaid lui fait un clin d’œil complice, puis s’approche pour déposer un tendre baiser sur sa joue. Il lui avait terriblement manqué et le voir aussi désireux de rattraper le temps perdu la réjouissait au plus haut point.
Toutefois, elle savait pertinemment qu’elle ne ferait rien de ce qu’elle avait annoncé au brun, ne cherchant pas à risquer sa vie en faisant du pouce. Elle prendrait un taxi, simplement, et se rendrait chez elle où elle pourrait s’allonger pour se questionner sur ses réels sentiments pour son collègue. Tout ce qu’elle désirait au fond, n’est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
StoryTime and VictorianTale :: Centre-ville :: Quartiers résidenciels :: Appartements-
Sauter vers: