:: Le coin paperasse :: Le Registre :: Fiches Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Caleb A. Salvator

avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 29/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 29 Avr - 21:49
Salvator Caleb
ft. Ian Somerhalder

Prénoms : Caleb Aydan
Âge : 24 ans
Nationalité : Français
Orientation sexuelle : Bisexuel
Situation conjugale : Célibataire
Situation familiale : Demi-frères, demi-soeurs
Métier/études : Strip-teaser de nuit et serveur dans un bar le jour
Caractère

Caleb n'est pas ce que l'on peut appeler un homme simple. Loin de là.
Ses capacités de manipulation et de mensonge sont particulièrement développées, tant et si bien qu'il parvint à embobiner à peu près tout le monde et ce de la manière la plus naturelle qui soit. On pourrait même dire qu'il s'agit là de son oxygène quotidien et que s'il n'a pas sa dose, il se sent mal. Quoi qu'il en soit, son air de bad boy et ses manières de gentleman séducteur lui ont toujours permis d'obtenir les faveurs tant de ces dames que de la gente masculine et autant le dire de façon claire : Caleb ne crache sur rien tant que le physique lui plait.

Si ses nuits sont bien souvent agitées et accompagnés de fort belles conquêtes, il n'en reste pas moins un électron libre. Jamais d'attaches ou d'histoires sérieuses, tout ce qui l'intéresse est d'avoir des relations charnelles avec autrui et ce de façon plus ou moins régulières en fonction de ses envies. Toutefois, il ne forcera jamais autrui, même si son charme et son attitude ont déjà fait craquer des femmes mariées.
Le jeune homme est aussi séducteur qu'il est opportuniste. De ce fait, il est d'un égoïsme quasi-permanent et préfère satisfaire son bien personnel avant celui des autres, même quand il peut satisfaire les deux. A quoi bon donner aux autres si ceux-ci ne nous donnent rien en échange ? Caleb voit l'humanité comme un vaste théâtre où chacun se montre faux et hypocrite avec autrui, aussi se fond-t-il dans la masse.

Il est parfois médisant voire méprisant mais ne se permettra jamais de cracher sur autrui dans le dos de ladite personne. Son honnêteté lui a valu plusieurs situations inconfortables autant que de proches connaissances.
S'il ne veut pas d'attaches affectives, le jeune homme possède toutefois un petit groupe d'amis très soudé. Il se montre bien souvent affectueux avec eux, endossant le rôle de grand frère qu'il n'a malheureusement jamais pu avoir. Outre cela, il considère les femmes principalement comme des objets de décoration, des partenaires sexuelles ou des opportunités. Ni plus ni moins que cela, après tout elles sont le pire malheur de l'homme.

Pourtant, Caleb est en fait une bonne personne. La vie ne l'a pas épargné et il s'est forgé un caractère de roc si solide qu'il devient difficile d'en voir le fond. Calme et à l'écoute, il est charitable (notamment envers les SDF de son quartier) et est très cultivé. Il aime la danse et la natation et ne rêve en fait que de liberté. Mais pour voir cela, encore faut-il qu'il se laisse approcher.

Physique

Caleb est sans aucun doute le cloché parfait du beau brun ténébreux, bad boy sur les bords mais si séducteur que même les dames de bonne famille ne peuvent s'empêcher quelques coup d’œil osés en sa direction. Il faut le reconnaître, Caleb est beau. Il ne serait pas strip-teaser sinon et n'aurait pas autant de succès auprès du public tant masculin que féminin. Il faut dire que son visage masculin et carré ainsi que ses prunelles bleues qui vous transcendent doivent y être pour quelque chose. Son attitude, sa démarche,
tout ce qu'il peut faire à un soupçon de mystère, de provocation qui peut vous faire tomber d'un simple geste. Un sourire, un frôlement ou une caresse et la raison s'efface pour laisser place à la passion. Caleb est l'ivresse, la liberté. Et rare sont ceux qui y résistent.


Histoire

Les rues étaient mornes et silencieuses, sans la plus infime once de vie. Une brise faisait se balancer les enseignes anciennes des commerces qui paraissaient à l'abandon. La dernière fois que Caleb était revenu ici, c'était dix ans auparavant.

Il avait pris le train depuis le pensionnat afin de rendre visite à ceux qu'il considérait comme sa famille et passer les fêtes de fin d'année en leur compagnie. Le voyage avait été particulièrement calme, peu de gens prenant le même train que lui. Lorsqu'il était descendu sur le quai de la gare avec sa petite valise, des flocons de neige tombaient sur le sol déjà recouvert d'une fine pellicule blanchâtre. Il avait tout d'abord regardé autour de lui avant de finalement se mettre en marche vers sa destination. En vérité, il n'attendait personne sur le quai, ayant prononcé son arrivée pour le lendemain et ayant donc un peu d'avance. Toutefois, il avait eu l'infime espoir que peut-être on l'attendrait.
Quoi qu'il en fut, le trajet fut assez court avant qu'il ne frappe à la porte de la famille McCullen. Ce fut leur fille, la petite Joy, qui vint lui ouvrir. Ses jolis yeux se mirent à pétiller en le voyant avant qu'elle ne court avertir ses parents. Ces derniers arrivèrent bien vite en souriant, le faisant entrer dans le chaleureux salon où brûlait l'âtre de la cheminée. Les McCullen étaient pour Caleb comme une famille de substitution. Il n'avait jamais aimé ses propres géniteurs et enviait même quelques fois la complicité qui unissait la famille de Joy.

Son propre père était devenu alcoolique et dépressif après avoir apprit que sa femme le trompait. Ce qui n'était guère étonnant après tout puisque Clara était danseuse de cabaret et que ses clients friqués la payaient particulièrement pour les extra. Entre une mère absente et un père comme mort, le jeune homme avait passé sans en avertir ses parents des concours d'entrée dans de prestigieux pensionnats où il bénéficierait d'une bourse. De puis, le pensionnat se trouvait à plus de 4h de train, un véritable soulagement. Le jeune garçon avait fini par être excepté dans cette école et vivait là-bas depuis.
Tandis qu'il était perdu dans ses pensées, Joy lui saisit la main avant de l'inviter à s'asseoir près d'elle autour de la grande table spécialement décorée pour l'occasion. Les McCullen étaient des gens respectables, avec des boulots respectifs tout à fait convenables. Ainsi Caleb profita-t-il de ce moment de joie et de bonheur, oubliant pour un temps ses propres soucis.


Ce fut le dernier Noël qu'il passa chez les McCullen. Il avait 14 ans. Suite à cet événement, il avait appris que son père était décédé durant le mois de mai qui suivit. Bien qu'il s'agisse de son père, Caleb refusa d'assister à l'enterrement et sa mère décida de lui couper les vivres. S'il avait une bourse qui lui permit de continuer sereinement ses études, il ne put aucunement se payer un nouveau billet de train pour rejoindre les McCullen. Il leur envoya des lettres pendant deux-trois ans avant de finalement ne plus donner signe de vie.
Une fois ses études de philosophie terminée, le jeune homme fut forcé de trouver un travail. Même s'il était qualifié, il prit le premier que l'on lui proposa : serveur dans un bar. Il lui fallait de quoi se payer un toit et de la nourriture, et autant dire que ce seul salaire ne fut pas suffisant. Jordan, le patron de la boite, l'invita à dormir chez lui en collocation. Autant dire que le serveur ne refusa pas : un loyer divisé par deux valait bien plus que ce qu'il n'aurait osé espérer. Rapidement, Jordan et lui devinrent de bons amis et ce dernier finit par proposer au jeune homme de devenir danseur en soirée dans le bar, histoire de se faire un peu plus de fric.

Ce fut la meilleure décision que prit Caleb de toute sa vie. L'argent qu'il gagnait lui permit rapidement de s'offrir son propre studio, épaulé par Jordan qui semblait ravi que son ami ait enfin son autonomie. Pour autant, tout ne fut pas rose du jour au lendemain. Quand il commença les danses, le beau brun se sentit comme sali par tout ses regards lubriques que l'on posait sur son corps sans vergogne. Il imaginait sa mère, qui dansait comme lui. Il avait l'impression d'être devenu comme elle et cette simple pensée suffisait à lui faire monter un goût amer dans la bouche. Au fil du temps, il s'habitua progressivement à cette attention que l'on lui portait et il se mit à en jouer. Pour autant, il refusait catégoriquement toute proposition sexuelle. Il était danseur, pas prostitué.
Le jeune homme finit par se faire à cette vie, se faisant pas mal d'argent et ayant une vie convenable. Depuis ses 16 ans, il n'a pas reparlé à la famille McCullen. Pourtant, il a suivi à distance son évolution et a veillé sur elle. Des connaissances à lui ont fait en sorte qu'elle n'ai pas d'ennuis avec qui que ce soit, sans qu'elle le sache. Comme une façon pour Caleb de se faire pardonner son silence. Si il a voulu reprendre contact avec eux, il n'a jamais osé le faire.

Il vit aujourd'hui dans un très bel appartement du centre-ville et travaille toujours dans le même bar, autant de jour que de nuit.

Un peu de vous

PUF : Neko-Neko
Prénom : J'en ai pas
Âge : Moins de 20 mais plus de 16.
Un peu plus de vous : Je ship JOY/CALEB

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
StoryTime and VictorianTale :: Le coin paperasse :: Le Registre :: Fiches Validées-
Sauter vers: